Vendredi, 23 Juin 2017
Flus RSSAccueilContactPlan du siteConnexion

Actualité des sapeurs-pompiers

[ Retour à la page précédente ]

Le Salon de l’auto intéresse les pros de la désincarcération

Proposé par : admin Le 09/03/2010 à 16:30

SuisseSECOURS  | Les pompiers doivent aussi s’adapter aux nouvelles technologies.




© Laurent Guiraud | Le matériel de désincarcération est utilisé lors des accidents de la route.

THIERRY MERTENAT | Tribune de Genève

Sur quoi repose la curiosité du pompier professionnel qui se rend au Salon de l’auto? Sur une solide expérience de la désincarcération. Ce terme un peu barbare sauve chaque jour des vies, à Genève comme ailleurs. La couleur et la puissance des véhicules importent moins ici que les matériaux composites utilisés pour protéger le conducteur du choc consécutif à un accident.

Ces progrès réalisés chaque année dans la sécurité sont autant de problèmes supplémentaires pour ces chirurgiens sur auto, appelés à manier écarteurs, vérins et pinces perroquet sur les lieux d’une embardée. Officier formateur, Marc Feuardent travaille depuis 22 ans au SIS. On lui demande sa carte pour s’assurer de l’orthographe de son nom.

Aciers performants
Le feu n’est pas son premier ennemi. Le danger est ailleurs, même s’il faut redoubler de vigilance lorsque, par exemple, le réservoir d’essence est perforé. Le renforcement des habitacles, les aciers de plus en plus performants, mais aussi la multiplication des airbags — jusqu’à vingt dans certains types de voitures — obligent à parfaire l’instruction, à redimensionner les outils embarqués dans le véhicule pionnier, la trousse de secours indispensable du train de désincarcération.

Hydrauliques, les outils, depuis maintenant une quinzaine d’années. Ils ont remplacé le chalumeau et la disqueuse d’un autre âge. «Chaque outil est alimenté par un groupe indépendant, d’une autonomie de quatre heures, explique l’officier instructeur. Le circuit hydraulique offre une force de coupe considérable, jusqu’à 100 tonnes et plus appliquées au niveau des mâchoires de la cisaille.»

Il faut bien cela quand on se retrouve face à une section de ferraille déformée pour accéder au plus près de la victime. «Prenez la Smart. Sa petitesse est compensée par des structures extrêmement renforcées. Pour les couper, c’est coton», insiste celui qui doit constamment adapter son savoir-faire aux nouvelles technologies. Ainsi du polycarbonate, sorte de plexiglas destiné à remplacer le verre feuilleté des vitres. «Il ne se casse pas et nous pose problème.»

Ainsi des airbags, déjà mentionnés, qui poussent comme des champignons, à l’avant, à l’arrière, en «rideau» côté fenêtre, et jusque dans la calandre pour protéger les piétons. Se prémunir contre leur déclenchement intempestif fait également partie de la formation régulière.

Avec tout ça, on n’a rien dit des techniques de désincarcération. Elles s’éprouvent en situation réelle: 57 interventions de ce type pour la seule année 2009.

Résultats des crash tests 2010
Quatre fois par année, l’European New Car Assessment Program (Euro NCAP) achète en toute discrétion des véhicules flambant neufs (toutes catégories confondues) pour leur faire passer l’épreuve de la tôle froissée. Les cinq premiers modèles sacrifiés en 2010 ont été la Citroën Nemo, la Kia Venga, la Nissan Cube, la Seat Exeo et la Toyota Verso; tous présents au Salon de l’auto.

Résultats du crash test: Toyota est le seul label monospace à obtenir la note maximale de 5 étoiles. En raison principalement de sa fiabilité en matière de protection des piétons.

Seat, en revanche, n’obtient que 4 étoiles. En cas de collision avec un autre véhicule, le tableau de bord de la berline moyenne commercialisée depuis l’été 2009 – sur base technique d’ancienne Audi A4 – présente un risque élevé de blessures aux genoux et aux fémurs.

La Nissan Cube remporte également 4 étoiles. La raison: le minispace, dont le lancement en Europe est prévu au printemps 2010, déçoit par la relative protection qu’il offre aux passagers en bas âge.

Quant au monospace Kia – dévoilé à Francfort en 2009 – il peut s’avérer dangereux pour son conducteur. Lors du test de choc frontal, la ceinture de sécurité a été partiellement sectionnée. La Venga décroche toutefois 4 étoiles, mais l’Euro NCAP invite les propriétaires à contacter au plus vite leur concessionnaire. Suite aux résultats du test, le constructeur a immédiatement annoncé des mesures correctives. Plus de 2000 voitures présentant cette grave lacune sont actuellement commercialisées.

Citroën termine dernière du classement (3 étoiles sur 5). Les sièges de ce petit monospace, fabriqué en coopération avec Peugeot et Fiat, ne préservent pas assez ses passagers du coup du lapin.

Dejan Nikolic

Le Salon de l’auto intéresse les pros de la désincarcération

Les commentaires anonymes ne sont pas autorisés, veuillez vous enregistrer

Les commentaires sont la propriété de leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leurs contenus !