Jeudi, 27 Juillet 2017
Flus RSSAccueilContactPlan du siteConnexion

Prévention

Si le feu est symbole de chaleur et de bien-être, il a aussi un aspect menaçant et dévastateur.

Chaque année, plus de 5'000 incendies importants sont provoqués par inadvertance. Des personnes perdent la vie dans la fumée et les flammes. Des biens culturels irremplaçables sont détruits et les pertes matérielles s'élèvent à plus d'un demi-milliard de francs. En outre, les incendies sont souvent à l'origine d'une pollution importante.

Pourquoi une prévention des incendies ?
Il faut mieux informer la population sur les risques d'incendie. Chaque année, un grand nombre de biens, dont certains sont irremplaçables, sont la proie des flammes.

Voici quelques chiffres extraits de la statistique des incendies en Suisse :
  • Nombre d'incendies par année : Plus de 20'000
  • Nombre de personnes décédées par année : 30 à 40
  • Nombre de personnes blessées par année : Environ 200
  • Dommage total dû au feu chaque année : Environ 600 Mio. Fr.
  • Taux des incendies causés par négligence : 20 à 30 %
  • Taux des incendies provoqués intentionnellement : Environ 20 %


Enquête représentative du Cipi au sujet des dangers d'incendie dans les ménages suisses
Dangers au domicile : c'est le feu que les Suissesses et les Suisses redoutent le plus !

La survenance d'un incendie est l'événement le plus redouté entre les propres quatre murs, avant le vol avec effraction. La proportion des Suissesses et des Suisses qui ont déjà été confrontés une fois à la réalité de l'incendie dans leur espace vital intime est étonnamment élevée. Ce sont là les résultats de l'enquête représentative effectuée auprès de 1'043 personnes par l'Institut de recherche gfs-zurich, sur mandat du Centre d'information pour la prévention des incendies Cipi.

Depuis sa fondation, il y a 50 ans, le Centre d'information pour la prévention des incendies Cipi a la mission d'informer la population sur les dangers que présente le feu et sur la manière de prévenir les incendies. Le Cipi est une institution commune à l'Association des établissements cantonaux d'assurance incendie ( AEAI ) et à l'Association suisse d'assurance ( ASA ). A l'occasion de son cinquantenaire, le Cipi a chargé l'Institut d'étude du marché gfs-zurich de procéder, en janvier 2007, à une enquête représentative sur la manière dont la population suisse voit le danger que représente le feu et sur le comportement en cas d'incendie.

Un Suisse sur cinq a déjà été confronté au moins une fois à un incendie. 12 % des personnes ont déjà fait l'expérience personnelle d'un incendie, et chez 17 %, un incendie est déjà survenu dans le milieu familial proche. La plupart des incendies ont été déclenchés par des bougies et des appareils ménagers. Les incendies étaient d'origine criminelle dans 10 % des cas.

La crainte de ne plus pouvoir fuir
Questionnés au sujet des dangers auxquels ils sont exposés à leur domicile, les Suissesses et les Suisses ont mentionné en priorité la peur de l'incendie, avant le vol par effraction. Les femmes, les jeunes et les ménages avec des enfants, notamment, ont peur qu'un incendie survienne un jour dans l'appartement ou dans la maison. La crainte la plus souvent exprimée est celle de se retrouver prisonnier d'un incendie, sans possibilité de fuite. La peur des blessures et de la perte d'objets personnels est sensible-ment moins grande. 40 %, environ, des personnes interrogées redoutent l'incendie aussi en dehors de leur propre domicile, notamment dans les vieilles maisons, au poste de travail, dans les grands magasins, dans les tunnels et dans les établissements publics.

La plaque de cuisinière oubliée comme risque d'incendie
Les appareils électriques sont la source de danger la plus souvent mentionnée. Trois quarts, environ, des Suissesses et des Suisses craignent le déclenchement d'un incendie par une plaque de cuisinière oubliée, par une machine à café ou par un fer à re-passer. Les bougies viennent au second rang. Les personnes domiciliées dans des maisons en bois considèrent ce matériau de construction comme une source latente de danger.

Sensibles à la prévention des incendies
La grande majorité des Suissesses et des Suisses, à savoir 90 %, prennent des mesures actives de prévention des incendies en s'assurant que les appareils électriques sont déclenchés et en ne laissant pas brûler des bougies sans surveillance. 15 % des per-sonnes interrogées possèdent un extincteur. D'autres mesures de précaution prises sont la surveillance des enfants, le déclenche-ment complet du téléviseur, le renoncement à l'utilisation de bougies pour l'arbre de Noël ou l'utilisation de bougies électriques.

Neuf personnes sur dix éteindraient elles-mêmes un petit incendie avant d'appeler les sapeurs-pompiers. L'alarme des voisins, dans le même bâtiment, n'est généralement mentionnée qu'en troisième priorité. Un peu plus de deux tiers des personnes connaissent le numéro des sapeurs-pompiers. Le deuxième rang des numéros de téléphone mentionnés est celui de la police. Seuls 16 % des per-sonnes interrogées ne savent pas quel numéro composer pour obtenir rapidement de l'aide en cas d'urgence.

 
 
POMPIERS tél. 118
 

Format imprimable