, 08 Décembre 2019
Flus RSSAccueilContactPlan du siteConnexion

Actualité des sapeurs-pompiers

[ Retour à la page précédente ]

Vaud : Nouvelle douche froide pour le musée des pompiers

Proposé par : admin Le 23/05/2004 à 18:49

SuisseLes promoteurs du projet Swiss Fire Museopark sont à nouveau éconduits. Après l’Etablissement cantonal d’assurances, c’est à l’Office fédéral de la culture de dire son scepticisme.


Des braises plutôt que la flamme de l’enthousiasme. Tel est le bilan de la dernière opération qui devait donner un nouvel élan au projet de musée suisse des pompiers et du feu, ou «Swiss Fire Museopark», à Mézières (VD). Invité à se prononcer sur la faisabilité d’un tel établissement, l’Office fédéral de la culture, par son directeur David Streiff, juge le projet illusoire et considère qu’il ne peut prendre une dimension nationale dans la mesure où des musées similaires occupent déjà ce créneau.

Autour des objets de la collection du Lausannois Marcel Vagnière, une brochette d’officiers et de notables de la région d’Oron tentent de mettre sur pied ce musée. Après les refus de la direction, puis du conseil d’administration de l’Etablissement cantonal d’assurance (24 heures du 26 mars 2003) de parrainer financièrement l’entreprise, la préfète du district d’Oron, Sylviane Klein, et l’Association pour une maison du patrimoine des sapeurs-pompiers, voulaient lui donner une envergure nationale. Les promoteurs ont alors contacté un groupe de personnalités, dont le colonel commandant de corps à la retraite, Jean Abt. Engagé, notamment au CICR, celui-ci a décliné l’offre qui lui était faite de devenir président du conseil de la fondation qui devrait voir le jour. En revanche, il a mis à disposition son carnet d’adresses et obtenu une rencontre avec le directeur de l’Office fédéral de la culture, David Streiff. «Sans solliciter l’appui financier de la Confédération, je voulais savoir si une telle initiative avait une chance de succès», explique l’ancien officier supérieur.

Pas enterré

Le directeur de l’Office de la culture a rencontré Jean Abt en avril dernier. Quelques semaines plus tard, après avoir fait analyser le dossier par un cadre du Musée national, il a fait part de son scepticisme face au projet méziérois. «Il est de notre responsabilité de leur dire que ce n’est pas faisable en l’état. Il existe déjà quatre instituts similaires en Suisse, et les chiffres avancés dans l’étude qui nous a été soumise sont peu réalistes. Enfin, je suis de manière générale très sceptique face à ce genre de demandes. Il n’y a jamais eu autant de musées en Suisse et tous souffrent de la crise des finances publiques», résume le directeur. Le commandant de corps à la retraite a pris acte de cette réponse.

Cette nouvelle peau de banane sera-t-elle fatale au projet de musée? Non, répond la préfète Sylviane Klein. Elle estime que le business-plan soumis n’a pas été bien lu. Revu à la baisse, il table sur une fréquentation de 60 000 visiteurs par an au lieu des 110 000 envisagés dans la première étude. Mais surtout la préfète pense que le projet reste incompris. Davantage qu’un musée, il s’agit d’un parc d’attractions voué à la thématique du feu, rappelle-t-elle.

Vaud : Nouvelle douche froide pour le musée des pompiers

Les commentaires anonymes ne sont pas autorisés, veuillez vous enregistrer

Les commentaires sont la propriété de leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leurs contenus !