Mardi, 20 Août 2019
Flus RSSAccueilContactPlan du siteConnexion

Actualité des sapeurs-pompiers

[ Retour à la page précédente ]

Le 118 pose toujours problème

Proposé par : admin Le 16/01/2008 à 18:35

SuisseDe moins en moins de personnes arrivent par erreur au numéro 118 des pompiers alors qu'elles voulaient appeler un des nouveaux numéros de renseignements en 18XX.



Les mesures techniques adoptées ont notamment permis d'améliorer la situation.

Après la disparition, début 2007, du 111, l'ancien numéro des renseignements, les pompiers croulaient sous les appels erronés. Pour remédier au problème de confusion entre le 118 et les 17 nouveaux numéros en 18XX, des représentants des pompiers, des opérateurs téléphoniques et de l'Office fédéral de la communication (OFCOM) ont décidé d'installer des filtres.

Cette mesure technique a été introduite dans toute la Suisse dès mars 2007 par Swisscom, indique Beat Müller, secrétaire général de la Coordination suisse des sapeurs-pompiers, qui est titulaire du 118 - le numéro d'urgence des services du feu. Ces filtres bloquent tous les appels sur des numéros commençant par 118 et composés de plus de trois chiffres.

En diminution
Le problème des appels erronés existe encore, mais leur nombre a diminué, estime M. Müller, qui se base sur un sondage effectué auprès des inspectorats cantonaux des sapeurs-pompiers. Il n'est toutefois pas en mesure de donner des chiffres précis. Et la situation est différente d'un canton à l'autre, ajoute-t-il.

Carsten Roetz, porte-parole de Swisscom, constate pour sa part que l'opérateur ne reçoit plus de réclamations de la part des pompiers. Il en déduit que le problème doit être en bonne partie résolu.

Selon lui, après un certain temps, les gens se sont aussi habitués aux nouveaux numéros des renseignements. D'autant plus que les entreprises qui les gèrent se sont efforcées de mieux communiquer leur numéro.

Actions menées
Les pompiers ont d'ailleurs mené eux aussi des actions pour mieux faire connaître le 118. Les hommes du feu de Genève, Lausanne, Neuchâtel et La Chaux-de-Fonds se sont par exemple associés pour élaborer un clip vidéo qui met en scène une chanson rap teintée d'humour. Cette initiative a été fortement médiatisée. «Ce clip a eu un effet», affirme Beat Müller.

Une nouvelle rencontre avec l'OFCOM est néanmoins prévue en février. Elle pourrait déboucher sur d'autres possibilités, explique le secrétaire général de la Coordination suisse des sapeurs-pompiers. L'OFCOM avait notamment proposé de centraliser tous les appels d'urgence sous le seul numéro 112. «La discussion en ce sens se poursuit», note Beat Müller.

Cette solution implique la création d'une centrale d'alarme unique, mais une telle décision est du ressort des cantons, explique Caroline Sauser, porte-parole de l'OFCOM. La balle est donc dans leur camp.

Un seul canton
Pour l'heure, seul Bâle-Campagne a regroupé les trois numéros d'urgence - 117 pour la police, 118 pour les pompiers et 144 pour les ambulances - sous l'unique 112, en maintenant aussi les trois numéros traditionnels, selon M. Müller. Dans les autres cantons, différentes variantes sont en vigueur. En Europe, cinq pays ont introduit le 112.

Cette idée ne séduit guère Beat Müller, qui estime que cela compliquerait les choses. Avec une centrale unique, il faut mettre en place une infrastructure et du personnel pour distribuer les appels en fonction des besoins, relève-t-il.

De toute façon, il y aura toujours des erreurs. Il y en avait déjà avant l'introduction des nouveaux numéros des renseignements, relativise M. Müller. Et certaines personnes, en cas d'urgence, composent simplement le numéro qui leur vient à l'esprit, note-t-il.

Source: SDA/ATS

Le 118 pose toujours problème

Les commentaires anonymes ne sont pas autorisés, veuillez vous enregistrer

Les commentaires sont la propriété de leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leurs contenus !


Mathez Raymond a écrit : le 16.01.2008 23:20:
Comment faire comprendre au public que le 118 218 ne concerne QUE la France?