Mercredi, 21 Octobre 2020
Flus RSSAccueilContactPlan du siteConnexion

Actualité des sapeurs-pompiers

[ Retour à la page précédente ]

Le métier de pompiers classé "peut-être cancérogène" (agence cancer OMS)

Proposé par : admin Le 01/12/2007 à 10:40

SciencesLe métier de pompier est désormais classé comme "peut-être cancérogène", par le Centre international de recherche sur le cancer (IARC/CIRC), agence cancer de l'Organisation mondiale de la santé (OMS).



Les études épidémiologiques sur les pompiers notent un excès de risque de cancers par comparaison avec la population générale, souligne vendredi l'agence cancer de l'OMS.

Cette décision est la conclusion d'un groupe de 24 experts de dix pays réunis en octobre au CIRC, basé à Lyon. Ce sont ces mêmes experts qui ont classé comme "probablement cancérogène" le travail de nuit posté.

Ils ont rédigé pour la revue médicale britannique Lancet Oncology de décembre un résumé de leurs conclusions, qui porte également sur le métier de peintre, classé depuis 1989 comme "cancérogène".

Les résultats complets de leurs travaux paraîtront en 2008 dans le volume 98 des monographies du CIRC où sont classés notamment divers produits et substances certainement, probablement ou peut-être cancérogènes.

Les pompiers sont exposés à de nombreux produits toxiques de combustion, cancérogènes (benzène, formaldéhyde...) ou suspectés de l'être, qu'ils peuvent inhaler notamment.

"De façon surprenante, il ne s'agit pas d'un excès de cancers de poumon, mais d'autres cancers. La plupart des études relèvent chez eux une augmentation du risque relatif de cancers qui sont dans l'ordre d'importance, le cancer des testicules (6 études sur 6), de la prostate (18 études sur 21), et du lymphome non-Hodgkinien (5 sur 6 pour cette forme de cancer sanguin)", explique à l'AFP Vincent Cogliano, épidémiologiste du CIRC.

Il s'agit d'"une augmentation de risque (respectivement de 50, 30 et 20% par rapport au risque habituel) qui reste cependant inférieure au doublement du risque, soit une faible augmentation", remarque-t-il.

Ce sont les premières évaluations du CIRC sur le travail posté de nuit et la profession de pompiers, relève le Dr Peter Boyle, directeur du CIRC. Il y a des indications crédibles les liant à une augmentation du risque de cancer, ajoute-t-il.

Des études complémentaires sont nécessaires pour mieux identifier ce qui peut accroître ce risque de cancers afin de mettre en place des mesures préventives adéquates, selon lui.

L'impact de ces expositions ponctuelles, mais intenses, à des mixtures toxiques complexes sur la santé des pompiers n'est pas facilement mesurable avec des critères classiques comme les années d'emploi ou le nombre de sorties, relèvent les spécialistes.

Chez les peintres (de voiture, au pistolet...), dont le métier est déjà classé cancérogène, on observe une augmentation du risque de cancer du poumon et de la vessie qu'ils soient ou non fumeurs.

Concernant cette activité, la nouvelle évaluation suggère aussi une association entre l'exposition maternelle pendant (ou avant) la grossesse et une augmentation des leucémies de l'enfant.

Source : AFP

Le métier de pompiers classé "peut-être cancérogène" (agence cancer OMS)

Les commentaires anonymes ne sont pas autorisés, veuillez vous enregistrer

Les commentaires sont la propriété de leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leurs contenus !