Vendredi, 06 Décembre 2019
Flus RSSAccueilContactPlan du siteConnexion

Actualité des sapeurs-pompiers

[ Retour à la page précédente ]

Genève : Tribunal - «Ma famille est anéantie»

Proposé par : admin Le 08/06/2007 à 08:35

SuisseSous les yeux de sa maman, une petite fille et sa grand-mère sont écrasées par une voiture de la sécurité civile. Bouleversante séance au Tribunal de police, hier.



«Cet accident a démoli ma vie...» Z., une femme de 34 ans, a tout perdu ce maudit 18 janvier 2005. Sous ses yeux, un véhicule de la sécurité civile genevoise a écrasé sa maman et sa petite fille de 4 ans, Zoé. «Mon divorce a suivi, j'ai aussi perdu ma profession, éducatrice de la petite enfance, parce que je ne supporte plus de l'exercer. Et je suis atteinte dans ma santé physique», a-t-elle confié au Tribunal de police, hier, très digne.

Ce 18 janvier-là, en pleine panne générale d'électricité à Genève, l'accusé, officier de piquet de la sécurité civile aujourd'hui âgé de 58 ans, est appelé à la centrale d'alarme des pompiers. Au volant de son véhicule d'urgence, feux bleus et sirène enclenchés, il fonce en direction de la caserne de la rue des Bains, suivi par son stagiaire dans une voiture banalisée et elle aussi munie d'un feu bleu. Sur la route de Chêne, il roule un temps à cheval entre les voies de tram et la chaussée. Surpris par la présence de deux potelets devant lui, il tente de remonter sur le terre-plein des trams, y parvient mais son véhicule est déséquilibré, part en embardée et percute Zoé, sa maman et sa grand-maman. Z. sera la seule à s'en sortir, à peu près physiquement, mais pas moralement. Le drame est terrible. «Oui, ma famille est anéantie, c'est le mot», confirme la survivante à son avocat, Me Robert Assaël.

Un petit ange
«Encore aujourd'hui, je suis choqué, je n'ai pas complètement récupéré», relève G., le frère de Z., lui aussi constitué partie civile. Sa maman, «c'était la colonne vertébrale de notre famille, dit-il. Et Zoé... Je suis moi-même marié, mais nous ne pouvons pas avoir d'enfant. Alors voir Zoé, c'était un peu compliqué pour moi. Mais pour ses 4 ans, qu'elle avait fêtés quelques mois auparavant, nous avions choisi une carte tout exprès pour elle, avec un ange...» L'évocation de ce petit ange disparu a déclenché quelques larmes chez Z., et une grande émotion dans le tribunal.

La séance d'hier a d'ailleurs été empreinte d'émotion. A la barre des témoins, la patrouilleuse scolaire qui a vu Zoé et sa mère quelques secondes avant le drame. «La dame et l'enfant, je les connaissais très bien. Je leur ai parlé juste avant. Si je leur avais parlé plus longtemps... Maintenant, chaque fois que j'entends une sirène, je revois la petite...», glisse-t-elle avant de fondre en larmes.

«Il faut que je hurle...»
Très fort aussi, le récit d'un témoin de l'accident. Un homme qui, visiblement, n'a rien oublié: «Le véhicule a sauté le trottoir et percuté trois personnes. J'ai vu une dame projetée à l'arrière du véhicule, une deuxième personne et la poussette plaquée contre le mur. Puis j'ai vu le pousse-pousse écrasé, qui retombait comme une plaquette sur le trottoir, avec l'enfant dedans...» Choquée aussi, une femme de 56 ans qui dira: «D'abord j'ai pensé que le véhicule allait se redresser. Et je me suis dit: il faut que je hurle pour avertir les trois personnes que je venais de croiser sur le trottoir. Et puis j'ai entendu le choc...»

Ce choc résonne aussi dans la tête du prévenu qui, hier, a plusieurs fois refusé d'admettre qu'il avait commis une erreur. L'officier de sécurité civile est accusé d'homicide par négligence. Par deux fois, il a répété: «Je me sens responsable envers toute la famille, je vous demande pardon.» Cet homme, moniteur de conduite à la sécurité civile, était engagé ce 18 janvier 2005 pour aider, secourir et sauver des vies. C'est l'un des paradoxes, dramatiques, de ce procès qui se poursuit aujourd'hui, avec les plaidoiries.

Source : Le Matin Online - Xavier Lafargue

Genève : Tribunal - «Ma famille est anéantie»

Les commentaires anonymes ne sont pas autorisés, veuillez vous enregistrer

Les commentaires sont la propriété de leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leurs contenus !