, 19 Mai 2019
Flus RSSAccueilContactPlan du siteConnexion

Actualité des sapeurs-pompiers

[ Retour à la page précédente ]

Grand-Saint-Bernard (VS) : Parés pour vous sauver

Proposé par : admin Le 21/06/2006 à 21:22

Suisse

Les sapeurs-pompiers du tunnel du Grand-Saint-Bernard n’en finissent plus de gagner en efficacité, grâce à l’achat de matériel moderne et performant, comme le tonne-pompe inauguré hier. Un bijou à 850'000 francs...



Soulevé du sol par quatre vérins hydrauliques, le camion tonne-pompe pivote sur lui-même grâce à une plaque tournante. Ingénieux et bougrement utile pour ce véhicule long de 7 m 11 qui doit évoluer dans une galerie d’à peine 7 m 50 de large.

«Il ne peut y avoir deux pilotes aux commandes.» Président de la Société italo-suisse d’exploitation du Tunnel du Grand-Saint-Bernard (Sisex S.A.), l’ancien conseiller d’Etat Bernard Bornet a défendu hier devant la presse l’idée «d’une gestion coordonnée de la sécurité».

Plus question donc de doubler les postes à responsabilités des deux côtés de la frontière. Depuis janvier 2005, Suisses et Italiens ont accentué le mouvement de rapprochement entre les deux sociétés qui financent et gèrent l’exploitation du tunnel du Grand-Saint-Bernard. Résultat de cette volonté de «fusion»: la responsabilité de la sécurité est désormais confiée à un seul pilote, aidé dans sa tâche par un copilote. Des rôles assumés à tour de rôle par les responsables suisses et italiens. «Il en est ainsi aussi bien pour la présidence du bureau ((aujourd’hui occupée par Bernard Bornet) que pour le commandement entre les salles de contrôle Nord et Sud.»

Complémentaires et complices

Toutes les semaines, la responsabilité de la surveillance du tunnel change ainsi de mains. Les sept premiers jours, c’est le Valaisan Luc Darbellay qui tient les rênes. Les sept suivants, c’est son vis-à-vis valdôtain Claudio Realqui prend le relais et devient «maître» de la situation.

Bernard Bornet et son homologue italien Lorenzo Chentre se sont réjouis – d’une seule et même voix bien sûr – de cette belle complémentarité. «Des organes paritaires de coordination entre les sociétés suisse et italienne garantissent une gestion unique de la sécurité. Chaque poste est interchangeable.» Une alternance rendue possible par l’amélioration des infrastructures.

«Un nouveau système de vidéoconférence permet par exemple aux deux salles de contrôle distantes de six kilomètres de parfaitement communiquer, et ainsi de coordonner leurs efforts et leurs éventuelles interventions.»

D’autre part, les responsables de la sécurité suisses et italiens profitent de chaque renouvellement de matériel ou d’infrastructures pour se mettre en conformité avec leur voisin. «Tout ce qui n’est pas identique est au moins compatible. Ce qui était loin d’être le cas il y a quelques mois encore.»

Résultat, les chefs de la sécurité et leurs hommes – une vingtaine de chaque coté de la frontière – sont prêts à intervenir par les deux entrées du tunnel en cas de gros pépin. De manière parfaitement coordonnée et en toute intelligence. Pour MM. Bornet Chentre, cette bonne entente représente un gage de sécurité accru pour les usagers. «Car en matière de sécurité également, l’union fait la force.»

Quelques chiffres

Prix : 850'000 francs 
Capacité en eau : 4000 litres
Capacité en extrait (mousse) : 400 litres 
Cabine refroidie
Protection inférieure
Vision en fumée par caméra thermique
Purification des fumées dans la cabine

Le projet de galerie de secours est devisé à 70 millions : 1/3 sté tunnel suisse - 1/3 sté tunnel italie - 1/3 sté oléoduc. Percement prévu début 2007 sur 4 ans.

Souce : Nouvelliste

Grand-Saint-Bernard (VS) : Parés pour vous sauver

Les commentaires anonymes ne sont pas autorisés, veuillez vous enregistrer

Les commentaires sont la propriété de leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leurs contenus !