Vendredi, 30 Juillet 2021
Flus RSSAccueilContactPlan du siteConnexion

Actualité des sapeurs-pompiers

[ Retour à la page précédente ]

Genève GE : La bise donne du travail aux pompiers

Proposé par : admin Le 23/06/2009 à 20:55

118 ExpressEn l’espace de quelques heures, les pompiers sont intervenus une trentaine de fois hier au centre-ville.




© STEEVE IUNCKER-GOMEZ | Chemin Frank Thomas.Les hommes du SIS interviennent aux Eaux-Vives. Avec l’échelle et la tronçonneuse.


Il faut être un joueur de boules pour résister au vent ce mardi après-midi. La bise qui souffle en rafales fait d’ailleurs penser au mistral. Même agressivité, même insistance à fatiguer la cime des arbres.

Un frêne migraineux est le premier à céder. Le craquement provient de l’interminable chemin Frank Thomas. On le remonte en danseuse en faisant du surplace sur le vélo. Les pompiers vont plus vite. Ils ont sorti l’échelle. Elle est utile. Dans la nacelle, ça bûcheronne à la manière SIS, c’est-à-dire dans l’urgence, en prenant toutes les précautions nécessaires. Elaguer les branches aux trois quarts arrachées du tronc, sécuriser les lieux, attendre la relève d’autres professionnels pour procéder à l’abattage.

Les employés de la proche menuiserie sont en pause forcée. Pas question de se risquer sous cette forêt dangereuse qui swingue dans les airs entre cour intérieure et ateliers d’artisans. Une Opel grise donnera du travail à son carrossier.

Mais cette adresse visitée à la tronçonneuse n’est pas la seule de la ville. En début de soirée, les pompiers approchaient les trente sorties. Suppression des repas pour tous. On mange en caserne, entre deux interventions. Des branchages, des volets, des enseignes publicitaires: tout ce qui n’aime pas la bise fait la culbute. Et le téléphone du capitaine Michel Bernard n’arrête pas de sonner. «Cela devrait se calmer vers 21 h», annonce-t-il sous le soleil. Le lac ne l’a pas entendu. On se fait doucher en passant sous la passerelle du pont du Mont-Blanc. Vélos et scooters sont couchés par dizaines un peu partout le long des quais. D’habitude, c’est au lever du jour qu’on les découvre ainsi. La bise ne respecte pas les horaires. Elle avait choisi hier de gifler en pleine figure ce troisième jour de l’été.

Source : Tribune de Genève - Thierry Mertenat

Genève GE : La bise donne du travail aux pompiers

Les commentaires anonymes ne sont pas autorisés, veuillez vous enregistrer

Les commentaires sont la propriété de leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leurs contenus !